L’accouchement vu par papa-gaga

l'accouchement de maman-gagaSalut à tous,

22 mars 2014, la veille où maman-gaga doit rentrer à l’hôpital nous nous accordons un petit moment détente dans un restaurant portugais chez nous, histoire d’évacuer le stress avant la césarienne du 24 mars. Ah oui finalement, c’est une césarienne programmée en raison de la taille, du poids estimé et également de la position des petits.

23 mars 2014, j’essaye de ne pas trop le montrer mais en ce qui me concerne le stress monte. Est-ce que tout va bien se passer ? Est-ce que les petits bouts seront en bonne santé, vont ils pleurer ? La journée passe et…c’est le moment de partir pour la maternité…d’installer maman-gaga dans sa chambre…d’assister au monitoring.tout va bien. Toujours pas de contractions. Je crois bien que maman-gaga n’a pas eu du tout de contractions et pourtant le terme est début avril. Il commence à se faire tard et c’est le moment de laisser maman-gaga à contre-coeur et de rentrer seul à la maison. C’est la première fois depuis que nous sommes ensemble, que nous devons nous séparer, mais c’est pour la bonne cause !! Demain nous serons parents !!

24 mars 2014, c’est le grand jour. Je n’ai évidemment pas beaucoup dormi durant cette nuit. Je dois arriver assez tôt à la maternité afin de pouvoir assister à la césarienne. J’ai eu cette chance d’avoir été invité, par le gynécologue et l’anesthésiste, à être présent lors de la césarienne. Je partais dans l’optique de ne pas y être  donc je vous laisse imaginer la joie (intérieure) et l’impatience que je peux ressentir. Les vingt minutes précédant la césarienne ont été, pour moi, longues….très longues. Après, mon « habillage », j’ai dû attendre dans une sorte de sas, le temps que maman-gaga soit prête, j’entendais tout ce qui se passait derrière.

Et…enfin…la délivrance. La porte s’ouvre, j’ai le droit de pénétrer au bloc. Je vous avoue que c’est un peu impressionnant. C’était la première fois que je rentrais dans un bloc. Je vais vous passer les détails. Quel soulagement d’être présent afin de pouvoir rassurer maman-gaga !

Une fois les petits sortis c’est le moment de partir avec eux dans la salle où les premiers examens ont lieu et surtout le moment, où enfin je peux les prendre dans les bras. C’est aussi à cet instant que, concrètement, je deviens papa. Autant vous dire, que dans ma tête tout se bouscule et que les larmes ont un peu coulées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *